AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
votre équipe favorite vous souhaite beaucoup d'amour

Partagez | 
 

 some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes (clare&luke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatarLuke Turner
MESSAGES : 128 PSEUDO : snowflake FACECLAIM + @ : Max Irons (c)darkdreams



MessageSujet: some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes (clare&luke)   Ven 5 Jan - 9:06

some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes
ft @”Clare Shelley”.

Luke quitte le bureau aux alentours de dix sept heures ce jour-là, non sans avoir prévenu sa fiancée aux alentours de midi que le soir-même il avait une réunion importante et qu’il ne savait pas à quelle heure celle-ci finirait. Un mensonge, encore un, et il n’en est pas fier, parce que d’habitude, il n’est même pas obligé de s’inventer d’excuse. Sauf que cette fois, c’est un cas de force majeur. Un coup d’œil à son téléphone. Toujours rien. Silence radio. Il faut la moue, ferme la porte de son bureau à clé, salue Leia en passant devant le sien et en fait de même pour Anwar, assez préoccupé par son téléphone. Luke note que ça arrive de plus en plus souvent ces derniers temps et qu’il devrait peut-être lui rappeler de se concentrer durant ses heures de travail. Mais Luke n’aime pas tenir ce rôle, alors pour le moment il se contente de lui sourire et de lui adresser un signe de tête. Il quitte enfin leur palais vitré et une fois au volant de sa SS Sedan met le cap sur le sud-ouest de la ville.

Il monte quatre à quatre les escaliers qui mènent à l’appartement de sa maitresse, il n’a pas le temps d’attendre l’ascenseur. C’est le cœur battant toujours la chamade dans sa poitrine qu’il tambourine à la porte de sa belle. « Clare, c’est moi… » se manifeste-t-il de manière assez audible que pour se faire entendre depuis l’intérieur de l’appartement. Personne ne vient. S’attendait-il vraiment à ce qu’elle lui ouvre sur le champ, lui sautant dans les bras ? Dans un idéal, certainement. « Tu comptes m’ignorer encore longtemps ? » il a l’air détaché, de prendre ça à la légère, de jouer à un jeu, et pourtant à l’intérieur, il bout, il fulmine. Il n’en peut plus, il en tremble. Il est en manque. En manque d’elle, de ses yeux noisette, de sa peau crémeuse et de son parfum chypré. La dernière fois qu’ils se sont vu, la brunette s’en est allée en pleurant, affirmant vouloir le quitter. Et il y avait de quoi : il venait de lui annoncer ses fiançailles avec sa sœur. Mais les choses peuvent-elles un jour se finir pour de bon entre ces deux amans déchus ? Luke refuse d’y croire. « Clay, je sais que t’es là ! Ouvre-moi… » coup de bluff, il n’en sait rien. Si ça se trouve, il parle à cette porte et aux meubles de l’appartement depuis deux minutes. Il espère secrètement que Rylan —le colloque de sa belle et accessoirement gardien de leur secret— soit là entrain de dormir se reposant de sa garde et venant lui ouvrir, juste pour qu’il la ferme et puisse retourner pioncer. « Ça fait deux jour, c’est assez, non ? J’ai besoin de te voir. » Il est sincère. Il n’en peut plus de son silence, de son détachement soudain. Il a besoin d’elle comme on a besoin d’air pour respirer, c’est aussi simple que ça. Il pose son front sur la porte, frappant une nouvelle fois, insistant jusqu’à ce qu’elle lui réponde. Il se replonge dans leurs derniers échanges. Était-elle sérieuse ? Veut-elle vraiment en finir ? Un léger sourire se dessine sur ses lèvres. Impossible. Elle en est incapable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarClare Shelley
and a smile made for war.
MESSAGES : 391 PSEUDO : BOB NEWBY FACECLAIM + @ : nikki reed @kane.

you and me both :

♡ ♡ ♡
delicate :
availability: (4/4)

MessageSujet: Re: some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes (clare&luke)   Ven 5 Jan - 20:13

some nights i want to run for the hills but your smile is as are as it comes
ft @Luke Turner.

le corps est lent. il est lourd. il regorge de fêtes de familles et de sentiments refoulés. de cris silencieux et de grands feux éteints. elle n'en peut plus de marcher sous ce maudit temps, Clare, elle est épuisée. elle veut rentrer chez elle. ne plus jamais sortir de son grand lit et se perdre dans le lointain monde des rêves. ces mondes où Nora n'existe plus, où Luke n'existe plus, où même elle a cessé d'être. un monde fait de silence, de volupté. d'oubli. un monde où trahison n'est pas un mot que l'on murmure et où amour n'est pas un mot que l'on connait. un monde sans douleur. même ses pieds ne souffrent plus autant que son âme meurtrie. elle en a perdu de l'éclat, la brune. la fougueuse. la flamme. ombre d'elle même qui lève malgré tout le menton, trop fière pour assumer ses failles. son ego lui dicte de l'oublier, de l'envoyer paitre. son coeur n'arrive pas à effacer son nom. quelle idée lui est passé par la tête, au juste ? sa famille n'était-elle pas sensée être la plus importante de ses possessions ? la plus grande de ses fiertés ? depuis quand parvenait-elle à se regarder dans la glace malgré tout ? femme immonde.

la cage d'escalier est trop bruyante pour que Clare ne s'intrigue pas. elle sait le quartier tranquille, l'immeuble calme. depuis quand se dispute-t-on sur son palier ? elle monte, interdite, avant d'arriver sur un sol déjà bien occupé. son corps se fige lorsqu'elle comprend, trop tard. Luke frappe à sa porte, inlassable, la priant d'ouvrir. la suppliant d'ouvrir. et elle reste là Clare, bêtement heureuse face à la scène avant de se reprendre et de le détester à nouveau. un peu, du moins. parce qu'elle sait qu'elle doit se détacher. mais elle sait aussi qu'elle en est incapable. son odeur empli soudain la pièce et voilà qu'elle meurt d'envie de se jeter dans ses bras. pourtant Clare se retient, essayant de chercher au fond d'elle toute sa colère la plus pure. comme pour enfouir l'amour qui la pousse vers lui. un Luke qui continue à frapper, n'ayant vraisemblablement pas entendu ses pas assurés. d'un coup, elle hésite. faire demi tour et s'en aller, au moins quelques heures. le temps qu'il renonce, qu'il l'oublie. peut-être bien des mois, des années. assez pour qu'à son retour le silence l'accueille. et puis l'homme avoue. le mot besoin vient la frapper en plein coeur et Clare retrouve sa carapace, sa force, sa tempête. "Tu n'as pas besoin de moi." qu'elle dit, sèche, derrière lui. "Tu n'as jamais eu besoin de moi, tu as Nora.". sa jalousie lui entaille la peau. depuis quand voit-elle Nora ainsi, comme une ennemie à abattre ? elle se fait peur, Clare, elle ne se reconnait plus. elle fini par s'agacer de lui, d'elle même, du silence et du froid. alors elle va vers lui avant de se raviser, essayant tant bien que mal de se faufiler contre la porte. de l'ouvrir. en vain. elle a les mains qui tremblent de le voir là et de ne pas pouvoir le haïr. elle le déteste pour ça. "Tu devrais rentrer chez toi Luke, ta fiancée t'attend." le mot lui fait mal. fiancée. quel mot infâme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarLuke Turner
MESSAGES : 128 PSEUDO : snowflake FACECLAIM + @ : Max Irons (c)darkdreams



MessageSujet: Re: some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes (clare&luke)   Sam 6 Jan - 9:54

some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes
ft @”Clare Shelley”.

Comment fait-elle pour être aussi forte ? Si les rôles étaient inversés, je suis persuadé que d’entendre le simple son de sa voix me ferait flancher. Je n’ai aucune ténacité face à elle, aucune volonté, et je chavire à chaque occasion. J’ai cette sensation affreuse d’avoir atteint un point de non-retour, que c’est la goutte de trop, que c’est irrécupérable. Je ferme les yeux et repense à cette annonce, à ces mots qui m’ont écorché la gorge lorsque je les ai sortis pour Clare, de ces mots alignés l’un à la suite de l’autre qui n’avaient plus de sens et ne semblaient rien signifier. Une banalité en soit, un évènement qui raisonnait comme une obligation, comme si j’étais pied et poings liés. Ça ne m’a pas du tout fait cet effet-là lorsque je l’ai annoncé à d’autres personnes, et encore moins quand j’ai fait ma demande à Nora. J’étais heureux, je le sentais dans mes tripes, je tremblais presque de trouille qu’elle me dise non et me laisse planté là, elle, la femme de ma vie. Et pourtant, l’annoncer à ma maitresse m’a arraché une partie de mon être, une autre de mon âme. Quel homme étais-je à cet instant ? Lui annoncer mes fiançailles avec sa sœur alors que la seule chose qu’elle attend peut-être soit que je la quitte. Mais ma vie est comme elle est à présent, avec ma petite amie, ma fiancée d’un côté et ma maitresse de l’autre. Elle ne peut pas me demander de choisir, elle sait bien que je ne peux quitter l’une ou l’autre. J’aimerais que jamais rien ne change, que nos relations restent comme elles le sont à l’heure actuelle. Enfin, comme il y a quelques semaines. Je tenais à lui annoncer la nouvelle moi-même pour qu’elle ne l’apprenne pas de la bouche excitée, radieuse et épanouie de Nora. Et quel homme suis-je à présent ? Poster là à implorer ma maitresse de me reprendre.

Sa voix raisonne dans la cage d’escalier de l’immeuble. Je me retourne. Elle est là. En un instant, mes traits tirés s’apaisent et mon cœur se réchauffe. Son ton est sec, dur, tranchant, mais je préfère ses piques à son silence. Je la laisse déverser la cascade de reproches qu’elle a à me faire. Je me contre fiche de ce qu’elle raconte, c’est elle qui m’intéresse, c’est tout. J’ai son attention, elle s’adresse à moi. J’existe. « Si je n’avais pas besoin de toi, tu crois vraiment que je serais là à te supplier ou même à vouloir continuer ce petit jeu ? » elle m’exaspère. La situation m’exaspère. Toutes ces choses, elle les connait déjà et elle les avait acceptées. Qu’est-ce qui a changé à présent ? Une simple bague à un doigt ne peut pas faire cet effet-là, quand-même. Elle s’approche de moi, pour la porte et non pour ma personne, mais je reste planté là, à proximité, adossé au chambranle. Si elle manie très bien ses mots, ce n’est pas pour autant que sa dextérité lui répond. Si Clare a toujours su faire face à tout épreuve, son corps et son non verbal l’a toujours trahie. « Laisse-moi t’aider. » Je n’attends pas d’autorisation. Je me penche vers elle, vers la serrure. Mon nez dans ses cheveux respire son parfum fleuri. Mes doigts effleurent les siens, elle les retire automatiquement. Clé en main, je l’introduis dans la serrure pour nous donner l’accès à l’appartement. Je la laisse passer et ne m’impose pas. Je la connais, ça doit venir d’elle. Personne ne peut forcer Clay à faire quoi que ce soit. « Est-ce que je peux entrer ? » demandais-je tandis que azur sur noisette, nos regards s’enflamment et retrouvent leurs étincelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarClare Shelley
and a smile made for war.
MESSAGES : 391 PSEUDO : BOB NEWBY FACECLAIM + @ : nikki reed @kane.

you and me both :

♡ ♡ ♡
delicate :
availability: (4/4)

MessageSujet: Re: some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes (clare&luke)   Dim 7 Jan - 14:08

some nights i want to run for the hills but your smile is as are as it comes
ft @Luke Turner.

elle a un peu de mal à se comprendre, Clare. elle a toujours aimé l'assurance, la solidité. elle est toujours tombée amoureuse de la persévérance, de l'excellence. elle a toujours été profondément difficile, exigeante en amour. non, en tout. il lui a toujours fallu le meilleur job, la meilleure sororité universitaire, le meilleur appartement. elle ne comprend pas comment elle a pu tomber d'amour pour lui. Luke est si loin de son idéal. Luke est le genre d'homme à avoir une amante. le genre d'homme à ne pas savoir ce qu'il veut. le genre d'homme lâche qui doute, qui veut tout et qui ne donne rien. Luke est de ces types qu'elle déteste et sur lesquels elle crache sans pudeur. un de ces échecs dont elle se gausse méchamment autour d'un café avec des copines. et pourtant elle l'aime d'une passion qui lui brule les entrailles et qui aura bientôt raison de sa peau, laissant une marque vive et impossible à effacer. elle sera toujours marchée par la trace de son amour, la brune. Luke elle devrait le détester, mais elle n'y parvient pas. elle voudrait l'envoyer chier, mais elle en est incapable. elle n'est pas capable de se détacher de son regard mordoré et de ses lèvres fines. et que de le voir là, suppliant, ça lui donne encore plus envie de l'aimer. parce qu'ils sont un tout l'un pour l'autre et qu'elle n'a plus d'air lorsqu'il s'absente. parce que son incapacité à la laisser seule lui prouve qu'il l'aime plus que n'importe qui sur cette terre. ça lui ferait presque mal d'admettre qu'elle en veut plus. qu'elle voudrait le voir à genoux, rampant, demandant grâce. n'est-ce pas ce que l'on fait face aux reines. elle évite de demander. elle évite de le regarder. elle n'ose pas avoir pitié de lui, elle sait que sinon ce sera la fin. elle préfère regarder ailleurs alors qu'il lui parle, soulagée d'entendre sa voix après plusieurs jours d'un silence assourdissant. sa réponse ne lui suffit pas et Clare décide d'en rester là, de rester dure. princesse au coeur de pierre. son corps vient la trahir, tremblant pour une raison qu'elle ne saurait expliquer. et voilà que le chevalier servant vient à son secours, provoquant chez elle une colère sourde qu'elle garde pour elle. elle déteste qu'on l'assiste, Clare. elle est trop fière pour ça et Luke le sait bien. mais elle est incapable d'ouvrir sans hurler contre cette foutue porte. sans hurler contre ce foutu monde. sans hurler pour une pas le frapper. elle évite le contact mais l'odeur de l'homme vient lui enfler les narines. merde. elle déteste ça. elle déteste être cet être faible et sans retenue. elle voudrait pleurer de rage mais elle ne peut pas. plutôt crever que de montrer ses faiblesses. requin. "Pourquoi faire ?" qu'elle lui balance lorsqu'il demande à entrer, tournant son regard vers l'homme aimé. elle n'a pas envie de perdre. elle refuse de perdre. c'est un combat qu'elle doit gagner à tout prix. "Tu vas entrer pour me parler des plans de table de ton mariage ? De l'importance pour toi de me voir aux côtés de Nora ce jour là ? Je n'ai pas envie d'entendre parler de ce mariage Luke, pas maintenant." jamais, qu'elle devrait dire. mais son regard l'attriste et, sans trop savoir pourquoi elle reste là sur le palier, à se battre contre lui. "J'aimerais que tu me fiches la paix, Luke, que tu me laisses tranquille. Je ne veux plus que l'on soit ensemble, peux-tu seulement comprendre ça ?" voilà, la larme coule. "Peux-tu comprendre que ce soit trop douloureux pour moi ?" elle ne sait pas ce qu'elle veut. si elle veut le voir partir ou rester. elle n'arrive pas à se décider. elle ne veut pas le perdre. n'était-elle pas sensée tout réussir dans la vie ? alors pourquoi est-ce que ce n'est pas elle, qui fini fiancée et heureuse ? une erreur de casting, ça ne peut pas être possible autrement. c'est elle l'héroïne de l'histoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarLuke Turner
MESSAGES : 128 PSEUDO : snowflake FACECLAIM + @ : Max Irons (c)darkdreams



MessageSujet: Re: some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes (clare&luke)   Sam 13 Jan - 8:58

some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes
ft @”Clare Shelley”.

Les traits de ma belle sont plus durs et intenses que jamais. Elle me tuerait en un regard si elle ne fuyait pas. Je sens la rage monter en elle et plus elle monte, plus le brasier en moi se meurt. Je m’en veux. Je m’en veux de la voir comme cela et de la voir se débattre avec ses démons. Elle est si en colère qu’elle est prête à exploser. Bien. Qu’elle se serve de moi. Qu’elle se serve de moi comme punchingball. JE suis la cause de tous ses malheurs après tout. JE suis celui pour lequel elle se met dans un tel état. JE suis le seul à pouvoir réveiller en elle un volcan aussi puissant. Je tiens tête. Entre fermeté et tendresse, je suis prêt à tout ce qui pourrait s’abattre sur moi. « Je n’ai aucune envie de parler de mon mariage avec toi. » mais je suis las de la situation. Las de ce sujet que je préférerais laisser dans un placard et ne plus jamais ressortir en sa présence. « Ni même de Nora. » Je préférerais éviter qu’elle ait les oreilles qui sifflent. Nous n’avons jamais parlé d’elle lorsque nous sommes tous les deux. C’est une règle silencieuse que nous nous sommes fixée et que je pensais bien ancrée. « Qu’est-ce qui te prend maintenant de vouloir te mesurer à elle ? » Oui, c’est exactement cela, elle se mesure à elle, elle compare les avantages et inconvénients de chacune. Après tout, Nora est là depuis le départ, et en se lançant corps et âme —en y laissant son âme— dans cette aventure, Clare en connaissait toutes les conditions. Si ma relation avec elle a un mérite, c’est qu’elle est des plus sincères. Je ne cache rien à la belle brune, elle sait absolument tout tandis que ma fiancée, elle, s’endort chaque nuit sur ses deux oreilles alors qu’elle ferait mieux d’être prise par des insomnies et se poser toutes les questions du monde. Clay devrait au moins se réjouir de cet avantage. Et puis comme je m’y suis moi-même résolu, il ne sert à rien de comparer ces deux femmes. Elles sont je jour et la nuit. Feu et glace. Tendresse et férocité. Je ne suis pas à mon premier accrochage avec la brunette et je sais que je ne suis pas au dernier. C’est ce qui nous anime, nous fait vivre, nous attire indéniablement l’un vers l’autre.

Ses paroles sont autant d’offensives plus fortes les unes que les autres mais je suis prêt à riposter. Petit à petit, le feu s’est animé en moi également, mais le feu de la passion et non celui de la haine. « Non ! C’est tout simplement inconcevable. » ripostais-je. Je ne peux pas comprendre qu’elle ne veuille plus qu’on soit ensemble. Des gestes plus vifs viennent accompagner mes mots. « Non mais tu t’entends, Clare ? Penses-tu ne serait-ce que le quart de ce que tu dis ?! » Je la regarde plus intensément encore dans le but de la déstabiliser, de la faire chavirer. Elle enchaine et parle de douleur, une douleur qui me gagne également. « Je comprends que ce soit douloureux, mais pourquoi est-ce que ça l’est plus qu’avant ? » Je pensais que nous étions parvenus à faire la part des choses, qu’elle avait compris qu’elles feraient toujours toutes deux partie de ma vie. Nora dans la lumière, elle dans l’ombre. OK notre histoire n’est pas parfaite, mais nous avions trouvé un certain équilibre. Et soudain, je ressens le manque. Le manque d’elle. Le manque de notre bulle. Je ne souhaite rien de plus au monde que tout le reste s’évapore et que quelques heures durant il n’existe plus qu’elle et moi. Elle me laisse complètement déstabilisé et désemparé.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes (clare&luke)   

Revenir en haut Aller en bas
 
some nights I want to run for the hills but your smile is as rare as it comes (clare&luke)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Neverwinter Nights 2 - Textures Pack
» Chronique Vampire Masquerade : "White Nights" (4)
» Du nouveau chez Glénat
» Holden • Remember how we used to dream, those nights would never end...
» 03. [Pierce's] It feels like one of those nights...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: washington, dc :: the southeast-
Sauter vers: