AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
votre équipe favorite vous souhaite beaucoup d'amour

Partagez | 
 

 meet me in the hallway (jude)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatarLangdon Wellington
terror of the skies
MESSAGES : 419 PSEUDO : sleepydrums. (rie) MULTINICKS : none (yet) FACECLAIM + @ : daddario - TAG (ava) & bat'phanie (sign)

you and me both :
i loved and i loved and i lost you.

fire away.

i'll find fight like a soldier coming home.

♡ ♡ ♡
erin + rick + jude + ginny +maybe you ?


♡ ♡ ♡
delicate :
availability: def available.

MessageSujet: meet me in the hallway (jude)   Ven 5 Jan - 21:22


meet me in the hallway
( jude & langdon )

Il n'y croyait pas. Il n'y croyait plus et pourtant c'était bien réelle. C'était bien avec Jude, qu'il avait tant cherché, qui lui avait tant manqué qu'il venait de discuter sur ce putain de réseau social. Et pourtant, même à une heure du matin, il était certain de ne pas avoir rêvé. A peine avait-il relâché son téléphone qu'il courrait dans sa chambre, dévalisant son armoire pour trouver un truc potable à se mettre. Le polo gris ? non. Elle détestait ce fichu polo. Le pull marron, il est bien le plus marron, oui, avec un jean noir et les doc, ça fera l'affaire, n'est-ce pas ? Il tremblait tellement qu'il n'arrivait même pas à s'habiller d'une manière rapide. Il fallait qu'il reprenne ses esprits. Il allait revoir celle qu'il aimait plus que tout au monde. Puis, après avoir difficilement enfilé ses chaussures, se trompant de pieds au passage, sinon ce n'est pas drôle, il se rue dans la salle de bain. Un peu de parfum, un coup de peigne dans ses cheveux bruns en bataille, ça ferait l'affaire. Il fallait qu'il se dépêche. Alors le Wellington attrapa son téléphone et ses clefs, et sortit rapidement de cet appartement qui était devenu trop étouffant, trouvant l'air de sa voiture de sport beaucoup plus agréable. Il roulait les fenêtres ouvertes, tapotant sur le volant, regardant l'heure d'un oeil furtif tout en tentant de se concentrer sur la route. Ce serait con d'avoir un accident, pas vrai ?

Il était exactement 1h57 du matin lorsqu'il se gara devant le domicile familial des Howard qu'il ne connaissait que trop bien à présent. Et Jude n'était toujours pas là. Alors, le Wellington sortit de sa voiture, s'adossant au muret de la charmante demeure, consultant son téléphone, angoissé. Allait-elle réellement venir ? Et si tout cela n'était qu'un canular ? Et si au final, il avait totalement rêvé ? Tiens, une voiture arrive dans l'allée. C'est elle. Mais la voiture passe devant lui, et ne s'arrête pas. Un faux espoir de plus. Alors Langdon rouvre cette application, relit cette discussion, s'assurant qu'elle n'aie pas eu lieu que dans sa tête, et alors qu'il a ses yeux verts plongés dans son écran, la lumière de deux phares vient l'éblouir dans la nuit, et lorsqu'il relève la tête, une voiture s'est garée à côté de la sienne. Et il reconnaît la silhouette de Jude, alors qu'elle éteint le moteur. Il reconnait la silhouette de cette petite brune qu'il voulait épouser, et aimer jusqu'à la fin de ses jours. Il reconnait la silhouette de la mère de son fils, qui a pourtant bien changée et s'est affinée, alors qu'il l'avait quitté plus de deux ans auparavant, alors qu'elle avait encore ce petit ventre arrondi qui avait porté Danny. Mais cette silhouette, il l'aime Langdon, et tout ce dont il avait envie à ce moment précis, c'était l'enlacer pour que ses courbes viennent épouser les siennes, tandis qu'il se laisserait aller dans de milliers de perles salées qui viennent déjà rouler le long de ses joues.

@jude howard
code by belle âme

_________________
you're not gonna leave me
but you'll feel better when you wake up, swear to god i'll make up everything and more when i get back someday. this is more than just a phase, love, shooting stars all break up and even though it seems like half the world away. ▬ langdon adrian wellington.


Dernière édition par Langdon Wellington le Sam 6 Jan - 11:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarJude Howard
MESSAGES : 162 PSEUDO : LΛKHESIS FACECLAIM + @ : addy kane + ultraviolences.

you and me both :






she carries the ashes of angels in her mouth. she tries to speak but hell comes rushing out.
♡ ♡ ♡

he looks like sin, but some nights when only the moon is out for light, he feels more like a greek tragedy.
♡ ♡ ♡
langdon -

♡ ♡ ♡
delicate :
availability:

MessageSujet: Re: meet me in the hallway (jude)   Sam 6 Jan - 8:55


meet me in the hallway

My bones are made from disasters and ruins, but i’m named after storms. I won’t let you devastate me.
Les prémisses de la tempête menacent déjà de faire tanguer le peu de lucidité qu’elle possède. La poupée n’est nullement glorieuse de revoir ce brigand, celui même lui ayant dérobé son cœur maintes fois auparavant. À tel point, qu’elle manque de réduire en miettes l’appareil à l’origine de toutes ses souffrances. Pourtant, le genou ne ploie pas sous les assaillent de ces démons tapis dans l’ombre. Bien au contraire, comme par automatisme, son corps s’actionne, s’affaire et se prépare. Si elle est prise d’une vivacité boueuse la concernant, ses gestes ne sont que douceur et légèreté lorsqu’il s’agit de glisser son fils dans son siège, et sans que ce dernier ne s'éveille trop brutalement. Derrière son volant, la jeune femme est tétanisée, lui prouve la douleur lancinante qui paralyse sa nuque. Mais, c'est la folie qui manque bien de s'enrouler autour de ses entrailles, lorsque sa voiture s'approche de la rue où les Howard ont élu domicile. Un cocon rassurant, synonyme de paix succincte et de sérénité. Un lieu donné, non sans un mince filet d'arrière-pensées de la part de la môme. Elle est criblée de craintes, Jude. Et ne se voyait donc pas affronter ses cauchemars, tout de chair et d'os, dans un lieu à l'hostilité effarante. Les précieuses minutes s'égrainent avant que ses phares ne viennent éclairer l'allée familiale, et par la même occasion l'éphèbe absorbé par son cellulaire. À la lumière des fantômes de leur passé, ces deux âmes égarées s'adonnent à une bataille silencieuse. Cinq minutes de plus. C'est la force dont Jude a besoin d'insuffler, à sa carcasse percluse d'appréhension, pour finalement quitter l'antre de son véhicule. Sans crier gare, voilà que la douce joue de sa voix. — Il dort. Si tu veux bien le porter, le temps que j'ouvre la porte, il fait trop froid. Pas un regard. De simples mots soufflés sans conviction à celui qui avait été sa moitié, son reflet, son tout. Son visage est de marbre, un masque impassible et ce même face aux tourments qui semblent s'agripper au Wellington. L'enfant tempête n'a guère le temps d'offrir de sa sympathie, une période à présent révolue et honnie. Insensible princesse qui fulmine et se dirige sans plus attendre jusqu'au perron. Les doigts agités de tics, elle déverrouille la porte et s'engouffre dans la chaleur rassurante du logis. Seule une couleur carmin égaie son visage courroucé, preuve tangible qu'un cœur bat toujours sous cet amas de chair. En observant cette silhouette encore trop bien connue à son goût, la gamine serre les poings pour ne pas céder à l'envie d'accourir vers le poupin endormi pour l'en protéger. L'instinct maternelle aiguisé est mis à rude épreuve, face à ce presque étranger qui pourtant... Et, qui pourtant agite cette flamme au creux d'une zone qu'elle pensait être oubliée.

Lorsque l'adonis franchit le seuil de l'entrée, la mère poule s'évertue à mesurer l'ampleur de ses gestes et de sa brutalité, pourtant, Jude referme la porte un peu trop brusquement. Dès lors qu'elle prend conscience de sa maladresse, ses doigts viennent à la conquête de la joue ronde de son enfant. Par mégarde, son épiderme rencontre celui de l'amant maudit. Amant qu'elle pensait avoir oublié, de même que ses sentiments, a priori, profondément enterrés. Seulement, à la manière d'une piqûre de rappel, sa peau devient fiévreuse à son contact. Réminiscences de ces étreintes langoureuses échangées par le passé. — Je vais le mettre au lit, si tu veux bien, marmonne-t-elle en tentant de cacher son trouble. Or, force est d'admettre que son monde est bel et bien là, à portée de main. Elle est reine dans ce bal des mots à demi prononcés, de ces rêves fragmentés et de ce désir qui consume tout être impliqué dans cette mélopée tragique.

_________________
this universe was born from destruction and look how pretty you turned out. — girls like her are born from thunderstorms and thrive in tsunamis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarLangdon Wellington
terror of the skies
MESSAGES : 419 PSEUDO : sleepydrums. (rie) MULTINICKS : none (yet) FACECLAIM + @ : daddario - TAG (ava) & bat'phanie (sign)

you and me both :
i loved and i loved and i lost you.

fire away.

i'll find fight like a soldier coming home.

♡ ♡ ♡
erin + rick + jude + ginny +maybe you ?


♡ ♡ ♡
delicate :
availability: def available.

MessageSujet: Re: meet me in the hallway (jude)   Sam 6 Jan - 11:16


meet me in the hallway
( jude & langdon )

C'est comme la délivrance lorsqu'il voit l'amante tant cherchée ouvrir la portière de sa voiture, et s'il avait avait jusqu'à présent réussi à contenir les milliers de larmes qui manquaient de le faire s'effondrer, il n'en fut pas autant lorsqu'elle prononça enfin les paroles tant convoitées, celles de l'autorisation d'une mère, certes brisée, adressée à celui qui avait tant désiré cette paternité, d'enfin tenir son propre enfant dans ses bras. Il n'était même pas capable de répondre, ni de prononcer le moindre mot. Langdon se pencha simplement sur le siège bébé qui trônait dans la voiture, en délivra délicatement l'enfant aux cheveux ébènes de ses deux parents, pour venir avec toute la tendresse du monde l'amener contre son torse, faisant attention à ne pas venir troubler son sommeil qui devait être tout plein de rêves encore innocents. Il n'y croyait pas. Alors que sa vision devenait trouble par les translucides perles d'émotions, il berçait après tout ce temps, ce fils qu'il n'avait pas vu grandir, ce fils dont, pendant deux ans, il n'avait vu qu'une simple photo prise le jour de sa naissance, ce fils pour qui, il s'était raccroché à la vie sur le terrain, ce fils pour qui il avait été fier de servir son pays aux commandes de son avion de chasse.
Il n'avait pas encore parlé à Jude, se contentant d'hocher la tête et de pénétrer dans la demeure des Howard qu'il ne connaissait que trop bien, qu'il avait tant fréquenté lors des nombreuses réunions familiales de sa fiancée. D'ailleurs, lorsque celle-ci frôla par mégarde son épiderme, il releva doucement les yeux vers elle, prêt à dire quelque chose cette fois mais.. il ne trouvait pas les mots, du moins, pas les mots justes qu'il aurait tant aimé lui dire. Alors il se contenta d'admirer cette belle déesse, cette femme dont il était tombé fou amoureux au premier regard, cette femme qu'il avait tant désiré, cette amante de ses nuits les plus splendides, celle pour qui il pourrait mourir si c'était pour lui épargner les plus douloureuses souffrances. "Je t'accompagne, laisse moi le faire." Il répondit simplement, d'une voix brisée. Ses yeux s'étaient reposés entre temps sur le bambin qui dormait encore paisiblement dans ses bras, après s'être légèrement agité. Et lorsqu'il croisa de nouveau le regard de la poupée de porcelaine qui en était la mère si affectueuse, il reprit d'une voix plus ferme. "S'il te plaît." Et puis, il entama la marche vers la chambre de Jude, qui comprenait un berceau pour le bébé. Il le savait, se souvenant de chaque détails qui avaient précédé la naissance de Danny. Et arrivé dans la pièce, il redéposa délicatement l'enfant, le laissant ainsi rejoindre définitivement les bras de Morphée. Cette vision lui arracha enfin un doucereux sourire, son coeur gonflait d'amour et de fierté. Il l'aimait au moins autant que Jude, pour eux, il irait décrocher les étoiles dans un ciel qui lui était si familier. "Il m'a tant manqué." murmura l'aîné des Wellington, toujours penché au dessus du lit, à l'attention de sa belle, et puis à la fois, sans trop savoir à qui il s'adressait. La seule chose dont il savait, c'est qu'il avait de nouveau une famille maintenant, et que si la brune n'était plus désireuse d'en faire partie, il avait au moins son fils qui portait son propre nom, le nom de Wellington, dix lettres sur cet acte de naissance, dix lettres de ce patronyme qu'il chérissait tant.

@jude howard
code by belle âme

_________________
you're not gonna leave me
but you'll feel better when you wake up, swear to god i'll make up everything and more when i get back someday. this is more than just a phase, love, shooting stars all break up and even though it seems like half the world away. ▬ langdon adrian wellington.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarJude Howard
MESSAGES : 162 PSEUDO : LΛKHESIS FACECLAIM + @ : addy kane + ultraviolences.

you and me both :






she carries the ashes of angels in her mouth. she tries to speak but hell comes rushing out.
♡ ♡ ♡

he looks like sin, but some nights when only the moon is out for light, he feels more like a greek tragedy.
♡ ♡ ♡
langdon -

♡ ♡ ♡
delicate :
availability:

MessageSujet: Re: meet me in the hallway (jude)   Sam 6 Jan - 12:28


meet me in the hallway

My bones are made from disasters and ruins, but i’m named after storms. I won’t let you devastate me.
Manquer. Sept petites lettres, mais autant de brûlures. Lui aussi lui avait manqué, au début, puis après, encore maintenant. Mais une fierté bien trop ardente, l'empêche de lui répondre par l'affirmative. D'autant, que de son côté, le choix cornélien sévit toujours dans sa petite caboche. — Ça suffit Langdon, pas maintenant, siffle la gamine écoeurée. Une supplique lancée à l'être aimé ou détesté, la limite est mince. Mais, bien qu’elle ne laisse rien transparaître, le coeur se serre face à cet homme tant déchiré par la perte, puis les retrouvailles avec son fils. Perfidie ou tentative d’apaiser cet être troublé, Jude y va de son commentaire. — Il a les yeux verts et ma mère espère qu’il héritera de ton caractère également, elle aurait peut-être souhaité que tu l'fasses seul au fond. Ça la fait doucement rire, d’un rire désabusé. À croire que sa génitrice favorise son ancien gendre à sa propre progéniture. Une préférence pour l'enfant du soleil face à celui de la nuit. Elle est trop sauvageonne et entêtée, Jude, trop désabusée et pas assez clémente. Mais rien ne touche - ou presque -, la petite princesse capricieuse, qui se contente d’assister à la scène en tant que simple spectatrice. Monstres de sentiments, à jamais amante de l'inavouée, bien trop fière pour succomber à des pulsions naturelles. Elle se contente alors de se murer dans le silence, laissant ainsi l'honneur au jeune père d'aller border l'enfant. C'est un automate, Jude, qui se dirige machinalement jusque dans la chambre et observe interdite l'étrange ballet qui se déroule sous ses yeux noirs. Pas aussi étrange que ce qu'elle n'ose avouer. Plus d'une fois, elle s'était imaginée, assister à ce genre de couchers, les bras entrelacés autour de la taille étroite de son fiancé. Le destin a fait que ses projets, aussi doucereux soient-ils, ne vinrent pas à voir le jour tout court. L'esprit détraqué, le coeur abîmé, elle souffle pourtant des mots qui ne manqueront pas de sceller sa tombe. — Tu peux rester ici, le temps qu'il se réveille dans quelques heures. Un sourire bancal qui n’atteint pas ses yeux effleure seulement la surface de ce visage d’albâtre, avant de disparaître tout aussi rapidement. Elle parle trop hâtivement Jude, sans même savoir si son filet de sécurité suffira à la sauver. Mais c'est trop pour elle, trop vite et pas assez.

Dans un bruissement de tissus et un juron à demi-prononcé, la tornade de jais s’éloigne du ténébreux à fleur de peau qui siège dans sa chambre. Les souvenirs compressent le fougueux qui office dans sa poitrine et l’air s’épaissit sous les assauts de la jeune femme. C’est foutrement douloureux, et même pour celle qui se dit et se veut intouchable. La môme s’accoude au comptoir de la cuisine familiale, là où tant de disputes ont éclaté lors de débats houleux. Mènera-t-elle, à son tour, son bras de fer contre l’autre moitié de son coeur ? Ses parents avant elle, ont-ils affronté les mêmes obstacles qui menacent de la laisser à terre aujourd’hui ? Face à ces questions, la brune resserre ses doigts nerveux sur la pierre. Froid paralysant du rejet contre brûlure irradiante de la colère passionnelle. Jude est tiraillée entre des désirs contradictoires, tous alimentés par la réapparition de l'amant tragique.

_________________
this universe was born from destruction and look how pretty you turned out. — girls like her are born from thunderstorms and thrive in tsunamis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarLangdon Wellington
terror of the skies
MESSAGES : 419 PSEUDO : sleepydrums. (rie) MULTINICKS : none (yet) FACECLAIM + @ : daddario - TAG (ava) & bat'phanie (sign)

you and me both :
i loved and i loved and i lost you.

fire away.

i'll find fight like a soldier coming home.

♡ ♡ ♡
erin + rick + jude + ginny +maybe you ?


♡ ♡ ♡
delicate :
availability: def available.

MessageSujet: Re: meet me in the hallway (jude)   Sam 6 Jan - 20:03


meet me in the hallway
( jude & langdon )

Langdon avait discrètement souri aux remarques de la belle, ravi de voir que son fils ait bel et bien hérité de certains de ses traits. Mais regarder l'enfant dormir lui fit réaliser qu'il ressemblait aussi beaucoup à sa mère, pour son plus grand bonheur : il était aussi splendide. Son petit nez était en effet celui de sa maman, et la couleur de sa peau laiteuse lui était également semblable, toute autant douce et sans défauts. Il hocha la tête comme pour remercier la jeune femme, ne sachant pas quoi dire de toute façon. Il restait là, penché sur ce berceau, séchant de temps à autres quelques larmes qui venait se perdre sur son visage. C'était si rassurant de le savoir ici, de le savoir près de lui et non à l'autre bout du monde. C'était si rassurant de le sentir dormir si paisiblement, sans pouvoir comprendre les querelles de ses parents. C'était si rassurant et à la fois si étouffant, puisque lui qui était rentré de la guerre, ne s'était pas douté une seconde que sa propre famille, son propre foyer deviendrait un champs de bataille. La douleur était présente, certes, mais admirer ce poupin, le fruit de leur amour détruit, rêver, sa respiration calme et régulière dans ce cocon si accueillant la rendait plus supportable. Il fallait qu'il parle à Jude.
Se penchant une dernière fois sur le lit de son fils pour y déposer un baiser sur sa joue, Langdon prit bien soin d'allumer la petite veilleuse à ses côtés pour qu'il ne prenne pas peur une fois la porte refermée. Puis, à pas de loups, il s'éloigna retrouver sa belle, dans la cuisine, et posa tout délicatement une main tremblante dans son dos, alors qu'il se plaçait aux côtés de son amour tant chéri. Cet amour qui l'avait abandonné, qui l'avait fait céder à la peur, aux larmes et aux pêchers. Cet amour qu'il tenterait de reconquérir, et il en invoquerait tous les Dieux si c'était ce qu'il s'imposait d'entreprendre. "Jude.." Il commença tout doucement, comme s'il murmurait des paroles rassurantes à une enfant entêtée. Un soupir s'ensuivit, et il se mordit la lèvre. Il fallait trouver les mots justes, les mots qui calmeraient les maux et qui éteindrait l'incendie, mais jamais la flamme qui brillaient dans les yeux de Jude autrefois, jamais la flamme de leur passion. "S'il te plaît, il faut que tu acceptes de m'écouter.." Une inspiration, cette fois. Plus douloureuse encore. C'était comme si l'air brûlait à l'intérieur de sa poitrine, son coeur en battait à tout rompre et manquait de lâcher à chaque battement. "Je n'ai jamais voulu t'abandonner, VOUS abandonner. Il faut que tu me croies, Jude." Et lui qui voulait être fort, sa voix se brise pourtant sur le prénom de celle qu'il aime. Mais il ne veut plus céder aux larmes. Il est un Wellington, après tout, et même l'aîné d'entre eux, souvent reconnu pour son habituel calme légendaire et sa maîtrise quasi-parfaite de ses émotions les plus ardentes.

@jude howard
code by belle âme

_________________
you're not gonna leave me
but you'll feel better when you wake up, swear to god i'll make up everything and more when i get back someday. this is more than just a phase, love, shooting stars all break up and even though it seems like half the world away. ▬ langdon adrian wellington.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarJude Howard
MESSAGES : 162 PSEUDO : LΛKHESIS FACECLAIM + @ : addy kane + ultraviolences.

you and me both :






she carries the ashes of angels in her mouth. she tries to speak but hell comes rushing out.
♡ ♡ ♡

he looks like sin, but some nights when only the moon is out for light, he feels more like a greek tragedy.
♡ ♡ ♡
langdon -

♡ ♡ ♡
delicate :
availability:

MessageSujet: Re: meet me in the hallway (jude)   Dim 7 Jan - 15:40


meet me in the hallway

My bones are made from disasters and ruins, but i’m named after storms. I won’t let you devastate me.
La scène est surréaliste, un mirage doux-amer qui la pousse à trouver refuge dans un tout autre lieu. Malheureusement, elle étouffe au milieu de cette cuisine, la gamine. Le monde semble se monter contre elle afin de l’envoyer au tapis. En démontrent les entailles qui se rouvrent dans sa poitrine. Tant de blessures infligées par la blessée elle-même ainsi que l'ombre qui se rapproche d'elle à pas de loup. Jude a envie de hurler et de le rouer de coups. Elle meurt littéralement sous le feu de sa colère. Un courroux qui rugit sous forme de brasier au fond de son être. La brune lui en veut, injustement sûrement. De ne pas avoir été suffisamment présent et ce même avant son départ pour le front. Caprice ou triste réalité, les deux protagonistes scandent deux points de vue diamétralement opposés. Tout comme cette poupée qui ne sait où donner de la tête face à cette nuée de sentiments. Jude est scindée littéralement en deux entre son envie de vengeance divine et celle plus timorée, qui serait de trouver refuge dans l’antre rassurant de bras masculins. Un corps fourbe, qui n’est guère en accord avec ses volontés. Ce traître est indéniablement aimanté à son autre moitié. La princesse lunaire ne fait donc rien pour l’en contrarier, lorsque ce dernier se presse contre la main apposée sur son dos. Malgré tout, elle ne dit rien. La môme est prostrée dans un silence lourd de sens, hochant simplement et péniblement la tête lorsque le garçon joue de ses cordes vocales. À croire qu’une accalmie est de passage. Provocant par la même occasion, l’abolition progressive de sa carapace. À chaque minute égarée, un mince ; « je t’aime », au bout des lèvres. Un nouvel état d'esprit qui l'incite à se confier et faire part de son ressentit. — J'ai eu un genre de baby-blues après ton départ, elle ricane bien amèrement. Heureusement que mes parents étaient là pour m'épauler. Comme toujours. Alors je pense qu’on ressort chacun avec des blessures de guerre. La Howard se déplace légèrement pour faire face à l'adonis à ses côtés. Elle harponne de ses sombres prunelles, celles plus clairs du jeune homme. De ce simple geste, elle lui envoie toutes sortes de signaux, lui quémandant une aide tant espérée. — De quoi on aura l'air aux yeux de Danny quand il sera en âge de comprendre ? La voix faiblit, puis termine par totalement s'essouffler.

Les baisers mouchetés des lumières du plafonnier promulguent à son visage un dédale d’ombres. À s’y méprendre, on pourrait y voir la tendresse passionnelle et la rancœur abrasive s’adonnant à un corps-à-corps tumultueux. Mais, la fureur de la poupée de satin s'éteint à petit feu. Si bien que la barrière savamment érigée entre eux est soudainement balayée par un simple geste réalisé. Elle veut désormais s’assurer qu’il est bien là ; vivant, sous ses doigts conquérants. Alors, de ses bras qui tremblent, elle s'accroche au Wellington, cale sa joue contre son torse et succombe finalement à la souffrance qui l'agite. De petites perles translucides se mêlent aux cils ébène qui dissimulent le trouble qui se dessine dans son regard. La guerrière s'en est allé, cédant sa place à l'amante éplorée. — J'ai eu tellement peur pour toi.. Et je suis consciente des sacrifices que tu as du faire, mais j’étais tétanisée à l’idée d’attendre un fantôme.. Pâles excuses en comparaison avec ce que le garçon a sûrement vécu là-bas, et également en découvrant son cocon familial vide de sens.

_________________
this universe was born from destruction and look how pretty you turned out. — girls like her are born from thunderstorms and thrive in tsunamis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarLangdon Wellington
terror of the skies
MESSAGES : 419 PSEUDO : sleepydrums. (rie) MULTINICKS : none (yet) FACECLAIM + @ : daddario - TAG (ava) & bat'phanie (sign)

you and me both :
i loved and i loved and i lost you.

fire away.

i'll find fight like a soldier coming home.

♡ ♡ ♡
erin + rick + jude + ginny +maybe you ?


♡ ♡ ♡
delicate :
availability: def available.

MessageSujet: Re: meet me in the hallway (jude)   Mer 10 Jan - 14:17


meet me in the hallway
( jude & langdon )

Il l'écoute parler cette fois, il ne tente pas de l'interrompre. Parce que si elle était prête à lui donner des explications, Langdon, qui les avait tant attendues, il était toute ouïe. Le son de la voix de la poupée face à lui était si doux qu'il berçait presque ses tympans, même si le ton dur et bien trop froid de celle-ci le faisait parfois frissonner. Mais peu lui importait à présent, il réalisait enfin qu'elle était devant lui, qu'elle était réelle et que peut-être, la vie allait lui offrir une seconde chance. Un nouveau départ. Il hocha alors doucement la tête. Des blessures de guerre, il en avait eu. Autant physiques que psychologiques. Des cicatrices ayant probablement marqué son corps à vie, bien que mille fois pansées par les infirmières des camps qui s'occupaient de soigner les soldats. Il avait bien failli mourir lorsqu'il perdit délibérément le contrôle de son avion de chasse lors de tir de l'armée adverse qui endommagèrent bien trop son appareil tandis qu'il volait bien trop bas pour éviter d'autres avions. Le crash qui avait suivi avait été intense, mais Langdon était l'un des chanceux qui s'en était sorti, même si les douleurs incendièrent et les balles perdues qu'il reçut durant l'attente de secours ont bien failli l'anéantir pour de bon. Il avait passé cinq mois dans cet hôpital avant de reprendre de son service pour terminer sa mission. Cinq mois de souffrance, cinq mois où il n'avait pensé qu'à Jude. Cinq mois à écrire des lettres qui n'étaient sans doute jamais arrivées. Cinq mois, et il reprit les manoeuvres d'un avion américain, pour deux mois de plus dans les airs avant d'être rappelé par le chef des armées dans son pays. Il était rentré vivant, mais pas indemne. Et c'était tant de choses qu'il se retiendrait de dire à la femme de sa vie, pour ne pas alimenter ses craintes si jamais il devait un jour repartir sur le front. Mais il comprenait ses craintes, ses incertitudes. Il ne lui en voudrait d'ailleurs jamais pour ça. "J'aurais tant voulu être là et voir Danny grandir, tu sais.." il commença, avant de se couper. Il ne savait pas vraiment quoi dire, en fait, si, mais les mots lui manquaient. Il y avait tant de chose qu'il voudrait dire, mais il était incapable de trouver la manière de les exprimer. Alors il se tût. Et la question de la mère de son fils le brisa finalement. Oui, qu'allaient-ils dire ? C'était presque comme si il s'en voulait d'avoir donné un enfant à celle avec qui il avait tant voulu fonder une famille. Il s'en voulait d'être un mauvais père, un père absent. Un père qui servait son pays avec toute la foi qu'il possédait. Un père et un amant soldat, en sorte. Mais il ne prononça pas un seul mot, et il accueillit sa belle dans ses bras. Il l'encercla alors, la serrant dans une étreinte si passionnelle, qui se voulait rassurante pour les deux d'entre eux, pour le Wellington et celle qui aurait dû porter son nom depuis bien longtemps déjà. "Je sais que t'as souffert, Jude. Je sais que je n'aurai jamais du te demander de m'attendre." il commença, en venant caresser ses cheveux de sa grande main tendrement. "Et j'aurai tellement voulu être là pour ses premiers pas, pour son premier anniversaire et ses premiers mots. Pour lui préparer des biberons à quatre heures du matin, comme pour changer ses couches et lui raconter des histoires pour qu'il s'endorme. J'ai manqué tellement d'étapes importantes, pour lui, pour nous. Je suis désolé." Les larmes commençaient également à lui monter aux yeux alors qu'il raffermit sa prise sur le corps de la fille Howard. "Mais Jude.. On peut rattraper le temps perdu.. Je te le promets, on peut le faire.. Rentre à la maison.. S'il te plaît.." Il termina s'une voix brisée, implorante, et surtout, qui trahissait toute la douleur de voir sa famille à tel point déchirée.

@jude howard
code by belle âme

_________________
you're not gonna leave me
but you'll feel better when you wake up, swear to god i'll make up everything and more when i get back someday. this is more than just a phase, love, shooting stars all break up and even though it seems like half the world away. ▬ langdon adrian wellington.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: meet me in the hallway (jude)   

Revenir en haut Aller en bas
 
meet me in the hallway (jude)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Jude Celestin:Un pouvoir fasciste en gestation en Haiti
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Un kit pour Jude SVP.
» BRIDES: Mirlande Manigat gagne 7% alors que Jude ne decolle pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: washington, dc :: the northwest-
Sauter vers: